Journal d’une citadine 1) Où sont les autres ?

Mardi 21 avril 2020

8h : Trappes,

ha, vivre autrement… Tant que nous étions sous l’ancien régime (c’est drôle de dire ça), nous faisions bien « avec » en nous disant que rien ne changerait jamais ; ou alors, on parlait de miracle. Ce n’est finalement pas un miracle qui est arrivé, mais autre chose. Déconfinement, déconfits, nous sommes pour le moment en bonne santé : c’est très important.

Deux personnes dans la famille de D. sont potentiellement infectées. Sa belle-mère qui est hospitalisée, mais dont l’état n’est pas si grave et sa sœur qui était en contact (mais nous considérons pour elle que ce n’est qu’une étape de suspicion). 

Midi : je viens de me manifester auprès de la mairie de Trappes pour confectionner des masques pour les habitants. J’apprécie cette ville. Depuis l’été dernier où nous sommes installés, je découvre une ville totalement contraire à sa réputation.  Nous habitons un quartier ancien. De là où nous sommes, nous avons l’impression d’habiter dans un village : un village qui a tous les avantages de la ville ! Les services sont nombreux ; on en découvre de nouveaux régulièrement ! Et là, cette proposition, faite aux habitants, de confectionner des masques chez eux : c’est une mesure vraiment avant-gardiste ! C’est aussi une sorte de service proposé aux habitants confinés, qui comme moi, ne veulent pas rester inactifs dans cette période de crise sanitaire…   Un agent de la ville passera déposer le matériel, puis il récupérera les masques qui tomberont de ma machine (minuscule pierre dans tout ça). 

Je me suis aussi portée volontaire pour accueillir demain une jeune qui a besoin de sortir de son confinement. Elle est placée par l’ASE en hôtel toute l’année et elle est accueillie, depuis peu, en journée dans l’IME (un institut médico éducatif pour jeunes autistes) où je travaille. Le confinement est difficilement supportable pour tous ces jeunes avec leur handicap et juste une télé. Pour cette jeune autiste, ça sera juste pour l’après-midi, mais ça nous fera à tous un grand bien (même en combinaison de cosmonaute !)

Mardi 22 avril 2020

8 h : pour garder un peu de santé mentale, j’ai organisé la maison avec des plannings, j’impose à mes deux garçons (15 et 18 ans) de se lever à 9h30, de faire leurs devoirs avec moi dans le salon et d’avoir des temps libres.

Ils ne se sont jamais aussi bien entendus. Bizarrement, ils vivent plutôt bien le confinement. Ils ne demandent pas à aller dehors …c’est plus dur pour moi, je crois !

On ne regarde que France info le soir au repas. Très angoissant déjà.

Miracle de la semaine :  NOUS AVONS UN LAVE-VAISSELLE … et ça fait un bien fou. 

16 h : j’ai téléchargé une application depuis mon téléphone pour chanter (sorte de karaoké) ça s’appelle “SMULE”. Je cuisine aussi (c’est fou quand même) je me couds des robes et des jupes…j’ai refait les rideaux (non ce n’est pas une expression !). 

D. travaille toujours et dessine le reste du temps. 

Nous avions programmé notre mariage pour le mois de septembre. Nous attendons le retour de la maire de Trappes pour savoir s’il est annulé…on verra bien. 

Jeudi 23 avril 20

Notre petit bout de jardin éclot ! De belles fleurs viennent mettre du baume au cœur. 

Vendredi 24 avril 20

13h50 : j’ai eu l’idée de faire une danse entraînante pour « nos » jeunes de l’IME actuellement confinés. Plusieurs raisons m’ont motivée. Je voulais qu’ils nous voient et qu’ils comprennent qu’on ne les oublie pas. Je voulais, aussi, leur donner envie de faire comme nous et qu’ils fassent un peu d’exercice physique. Mes collègues ont tout de suite adhéré à mon idée un peu dingo et la direction a donné son feu vert. Une de mes collègues, C., réalise, chaque semaine, un journal-vidéo des évènements de l’IME. Je lui ai demandé de faire le montage de nos séquences de danse respective. Le résultat est bluffant. On espère que cela fera au moins rire certains de nos jeunes !

J’ai un autre projet qui viserait à réaliser une lecture de contes personnalisés pour chaque jeune. Cela permettrait de travailler l’attention pour certains, voire la lecture et la réflexion pour d’autres (chacun est à un niveau différent). Hier, mon chef de service m’a dit qu’il était OK pour proposer cette idée à l’équipe. À suivre…

Lundi 27 avril 2020

9: coudre les masques me fait entrer dans un défi avec moi-même. La mairie m’a fourni le matériel, ainsi qu’une sorte de cahier des charges avec plusieurs points de contrôle. Normal…mais je suis plutôt du genre à avoir du mal à suivre des instructions à la lettre et à finir par faire un peu comme je veux. Je ne suis pas “carrée”. Cette fois, je n’ai pas le choix !

Dans tous ces interdits liés à ce con-fi-née, j’ai l’impression d’avoir été déprogrammée, par obligation, de ma vie quotidienne.  Avec l’interdiction de sortir, par exemple, on se rend compte que l’essentiel n’est pas, justement, d’être dans un lieu public… sans public ou de marcher dans des rues …sans humain. En fait, ma ville n’est pas un monde vide : il y a des monuments, des places sans bruits qui nous briment. Mais les autres… Où sont les autres ?

Petite anecdote : Un mac do a ouvert de nouveau il y a quelques jours……ce qui a créé un formidable embouteillage. Finalement….ça tient à une frite tout cela !

16 h30 : on possède une poule par procuration (en fait, elle appartient à la voisine). Sa copine de chambrée (la copine de la poule, pas de la voisine) a rendu l’âme. La vieillesse est en cause : rien à voir avec le covid !  Bref, cette poupoule me donne de la joie…c’est un mini bout de campagne ! C’est une poule de ville qui est nourrie au grain de Truffaut. Je lui ai écrasé des coquilles d’œufs pour lui donner du calcium. Elle les a mangées ! Elle adore aussi les restes de table. Le nouveau régime sain lui convient bien mieux !!! Maintenant, elle pond chaque jour ! (Bon, je n’ai pas forcément tous les œufs… donc je réfléchis sérieusement pour avoir ma poule moi aussi !)

On fait un Barbecue tous les deux jours en moyenne ! (On est fous ! ) D. remonte et se remonte le moral de cette manière (petit air, faux air de vacances).

Mais nous avons été platement battus par les voisins de droite (qu’on ne connait pas). Eux, ils font des barbecues à l’heure du goûter !!!! Il y a plus de règles !!

À vingt heures, j’ai surtout envie de remercier les éboueurs ! On serait dans une épidémie de peste et de choléra sans eux !! Et les caissières en première ligne de tout !!!

23h : ha le chant !  Chanter, voilà ce qui me remonte le moral ! Je chante via une application depuis mon téléphone. Un peu chaque jour. Je vais dans ma pièce tout là-haut au dernier étage pour être entourée de ma couture. Je suis dans ma cabane ! 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.