Châtaigniers Nouzillards (62)

DOCUMENT N° 62

Source : Maine Libre, Isabelle Julien, 18/07/2020


Chaque samedi, « Le Maine Libre » vous présente un arbre ou un ensemble d’arbres remarquables en Sarthe et vous propose une balade pour le découvrir. Ce samedi 18 juillet 2020 : les nouzillards de Lavernat. Jean-Claude Lalos, maire de la commune de 1995 à 2008, aujourd’hui retraité raconte comment il a découvert les châtaigniers de La Naillerie.

Jean-Claude Lalos est tombé sous le charme des nouzillards de la Naillerie à Lavernat. | LE MAINE LIBRE -YVON LOUÉ

Admirez la puissance qui se dégage de ces arbres vénérables et généreux ». Jean-Claude Lalos pose sa main sur le tronc imposant de l’un des nouzillards certainement tricentenaire de l’allée de la Naillerie à Lavernat. L’émotion demeure intacte malgré les années qui ont passé depuis qu’ils ont fait connaissance. Son écorce est magique. Rugueuse, épaisse, gris-brun et fissurée en long.

Les croisillons dessinés par l’écorce rappellent les plombs de certains vitraux de cathédrales gothiques. Ces arbres tortueux aux branches charpentières massives paraissent immuables comme les architectures érigées par l’homme à la gloire de Dieu.

Tombé sous le charme

Pourtant la maladie de l’encre a commencé à s’attaquer à ses racines dans les années 80 puis le cynips micro-hymenoptère asiatique, qui pond dans son feuillage et arrête la circulation de la sève. La châtaigneraie de la Naillerie porte les séquelles de ces attaques successives. Mais même morts, ces Nouzillards demeurent majestueux et impressionnants. C’est d’ailleurs l’hiver que je les trouve les plus beaux, quand ils sont dénudés, pour admirer leur architecture, reconnaît Jean-Claude Lalos.

La maladie de l’encre puis le cynips du châtaignier ont attaqué les nouzillards. | PHOTO LE MAINE LIBRE – YVON LOUÉ

Je suis tombé sous le charme de cette allée quand je suis arrivé à Lavernat en 1986. À partir du printemps, une magnifique frondaison couvrait l’allée. Dans le Nord-Sarthe, il n’y a pas de châtaigniers comme cela, se souvient ce fils de paysan – botaniste, ornithologue et apiculteur à ses heures. Le sexagénaire a grandi dans les environs de Ballon et a toujours été attaché à l’arbre.

Cela m’a été transmis par mes parents depuis mon plus jeune âge. Mon père avait des haies autour de ses champs avec des chênes têtards qu’il entretenait avec amour. Un père de cette génération d’agriculteurs qui connaissait la nature. Lui ne sera pas agriculteur mais éducateur technique spécialisé en CAT et IME à Château-du-Loir et à Bazouges-sur-le-Loir mais l’arbre sera un support pédagogique.

Sauver le patrimoine naturel

Le gars du nord (du département) est devenu un des plus ardents défenseurs du nouzillard. Ce châtaignier greffé dont le fruit charnu possède un goût de noisette est encore renommé et célébré chaque année dans la commune. Les sujets les plus âgés de l’allée de La Naillerie témoignent d’une époque où la châtaigne était un aliment essentiel pour les paysans du Sud-Sarthe.

Quand les études et enquêtes pour l’A28 démarrent en 1996, il est maire de Lavernat. Il sait que cette autoroute se construira même si le pique-prune (Osmoderma eremita), gros scarabée protégé au niveau européen et qui affectionne les vieux châtaigniers pour se reproduire, jouera un temps les trouble-fêtes.

J’ai estimé alors qu’il fallait utiliser l’autoroute pour sauver le patrimoine naturel que représentent ces châtaigniers et l’entretien des chemins creux. Le concessionnaire autoroutier devait apporter des fonds financiers pour permettre le réaménagement foncier. La présence du pique-prune avéré dans les nouzillards de la commune ne fera que sensibiliser sur la nécessité de sauvegarder ces arbres.

L’art de la greffe

Un groupe d’amoureux de ces nouzillards, parmi lesquels des anciens porteurs de mémoire et de savoir-faire, a décidé de les sauver. À partir de la fin du XIXe siècle, on arrête de planter des nouzillards qui perdent leur intérêt alimentaire, détrônés par le blé.Nous nous sommes passionnés pour le greffage. Nous avons fait plein de tentatives avec des anciens qui ont ce savoir-faire, avec l’association des Croqueurs de pommes notamment. Nous subissions beaucoup d’échecs, car la greffe du nouzillard est difficile et nous voulions comprendre comment, autrefois, les paysans avaient réussi tant de greffes ».

Aujourd’hui de jeunes châtaigniers de 10-15 ans ont été plantés dans la châtaigneraie de La Naillerie, propriété du Département de la Sarthe. La commune et l’association des Nouzillards créée au début des années 1990 veillent sur les arbres. Le site de La Naillerie est classé Espace naturel sensible.

De jeunes sujets ont été plantés sur ce site qui appartient au Département. | PHOTO LE MAINE LIBRE – YVON LOUÉ

« Aujourd’hui je suis content. J’ai la satisfaction d’avoir contribué, avec d’autres personnes, à sauver ces châtaigniers et leur histoire », explique ce passionné de rando à pied et à VTT qui laisse rarement passer une semaine sans venir à La Naillerie. Sentinelle de la nature, il s’inquiète aujourd’hui du sort réservé à certaines haies bocagères. Beaucoup sont arrachées dans le Sud-Sarthe, ça me désole. Peut-être un nouveau combat à mener ?

Le parcours de la randonnée autour de Lavernat. | INFOGRAPHIE LE MAINE LIBRE

La balade du coin

Nous vous proposons une petite balade, idéale à faire avec de jeunes enfants pour découvrir les nouzillards de La Naillerie.

Il s’agit de suivre le balisage du sentier d’interprétation paysagère intitulé « Le parcours des nouzillards ».

Depuis le bourg de Lavernat, prendre la route de Château-du-Loir (D71), après 200 m au carrefour, prendre la 1re route à droite dite « route du Ponceau ». Continuer sur 1 km, et prendre la 1re route sur la gauche direction le moulin de Ponceau. Se garer à cet endroit.

Outre la majestueuse allée bordée de Nouzillards qui font fierté de la commune de Lavernat, les promeneurs pourront découvrir la clairière qui démarre la balade plantée de jeunes châtaigniers et une station à asphodèles, une plante méditerranéenne rare dans les zones septentrionales.

Sur place, vous pourrez voir avec un peu de chance : chevreuil, pic épeiche, lucane cerf-volant, grand capricorne, pique-prune et entendre le pouillot véloce et le troglodyte mignon.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.