Journal d’un fermettier (18 janv. 2021)

Journal d’un fermettier décembre 2020 : ici

Dimanche 03 janvier 2021

18h : le soleil commence probablement à se coucher plus tard, mais je n’en profite pas pour travailler plus ardemment dehors. Hier, la terre était bien gelée. Me suis centré sur une longue tache « bureautique ». Avant-hier, pleine lune et premier jour de l’année. Marche de deux heures avec des amis. Le 31, dans l’après-midi, transport de huit brouettes et cinq sacs de fumier. Une petite heure aujourd’hui pour transporter de la paille dans le tunnel. Cela fait deux fois que je la déplace. Il fait moins froid qu’hier, mais il me fallait trouver une occupation qui réchauffe. Cela m’ennuierait de déplacer, à nouveau, ce tas de paille, mais je me demande, toutefois, si je trouverai, ces jours qui viennent, des travaux de fermetterie capables de me réchauffer autant.


Lundi 11 janvier 2021 

18 h : Gel moins tenace qu’hier. Première demi-après-midi de fermetterie depuis le début de l’année (la semaine dernière : loinverlà). Réparation d’un fil courant le long de la clôture jusqu’à la pompe à eau. Il y a deux ans, la tentative de relier les fils avec des dominos avait échoué. J’avais opté pour une fixation provisoire qui a tenu, donc, provisoirement. Cette fois-ci, j’ai réussi à viser les dominos. Ça marche. Un temps, j’ai pensé reporter la tâche à l’achat d’un « bon » tournevis électrique. Sorte de vieux réflexe : quand une tache me soucie, j’aime la repousser en me disant qu’il me manque le bon outil, le bon matériel. Sauf que ces temps-ci, je n’ai pas envie de me promener dans un magasin de bricolage. Voilà près de trois semaines que je ne suis pas sorti faire des courses. Savoureux. Je me suis attelé à la petite tâche sans attendre, aujourd’hui, d’acheter quoi que ce soit. (Relative petite victoire : j’ai fixé les dominos avec un tournevis neuf trouvé, par hasard, au milieu de mes crayons).

J’ai donné aux ânes des branches de mélisse coupées avant Noël. Pour eux, aussi, ce fut savoureux. Pour que je m’en souvienne, les trois ont tenu à poser pour la photo.


Lundi 18 janvier 2021

18h : il fait un peu moins froid que la semaine dernière et je suis un peu plus courageux. À l’instant, désherbage de la moitié de la planche de menthe pendant une heure trente.Travail ponctué de quelques refrains chantés avec Anne qui poursuivait, enchantée, l’édification d’une butte de permaculture. Ce matin, près de trois heures avec un  artisan couvreur. Il a très méticuleusement préparé son devis. Beaucoup de travaux en perspective. Il y a 17 ans, les couvreurs nous disaient que nos toitures pouvaient tenir encore 20 ans. Nous y voilà.  La semaine dernière, un voisin m’a fait remarquer qu’une ardoise avait « coulé »  juste au-dessus de notre porte d’entrée.  Je me suis senti « négligent » vis-à-vis de la toiture. Pas si tête en l’air que je l’imaginais. Essai de désherbage thermique du parking par temps froid (peu concluant), fait venir le maréchal-ferrant pour les pieds des ânes. J’ai beaucoup baissé la tête ces derniers jours : même en marchant. Compatissantes, Anne m’a montré une technique pour muscler la nuque et une branche de glycine m’a demandé de la tresser dans une branche de noisetier.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.