Brainstorming bourg 2015 (79)

DOCUMENT N°78

Source : journal de bord Mairie, 16/04/15


Prise de notes lors de la réunion inaugurale sur l’aménagement du bourg.

Mardi 16 juin 2015

(Attention : prise de notes incomplète et subjective !)

Présents : Jean-Philippe, Alain, Christian, Bertrand, Pierre, Isabelle, Françoise, Bernard, puis en dernière partie de réunion : Jean-Luc

Après la visite de la maison rose, Brainstorming

Françoise et Jean-Philippe lancent le débat : pourquoi aménager le bourg ? Quelles sont nos besoins ? Quelle est notre réflexion globale ?

Christian s’interroge sur l’utilité de construire une nouvelle mairie alors qu’il est question de réduire le rôle et la place des petites communes sur nos territoires.

Alain lui répond qu’il ne faut pas baisser les bras.

Fabien évoque la nécessité de la réhabilitation.

Christian se dit que la mise en vente de cette maison rose pourrait permettre l’aménagement de l’ancienne cantine. Avec 50 ou 60000 euros on aurait de la trésorerie pour y faire des travaux conséquents.

Pour Alain, ce choix aurait le défaut de décentrer le centre bourg.

Bernard se dit que la rénovation de l’ancienne cantine conviendrait mieux aux associations qui n’aspirent pas spécialement a être dans le centre bourg.

A propos de l’idée de vendre la maison rose, Alain rappelle que cela va entraîner des frais (bornage, cadastre)

Christian évoque la question de l’avenir des mairies. Alain lui répond que c’est pas pour cela qu’il faut se laisser « écraser ». Lavernat a déjà perdu son école…

Pour Fabien, il faut se donner les moyens de créer une nouvelle mairie

Isabelle acquiesce : « ce projet rendra le bourg plus joli ! »

Jean-Philippe voit la mairie comme un lieu qui symbolise la république. Pour  lui, la mairie actuelle ne remplit pas ce rôle.

Pierre dit que ce n’est pas facile d’avoir un avis. Il serait, comme Christian, plus favorable à l’aménagement de l’ancienne cantine.

Alain rappelle que lors de lors de campagne électorale. Il a été annoncé le souhait de réhabiliter le centre bourg.

Bernard expose la manière dont il verrait l’aménagement du bourg :

-la maison rose et la mairie actuelle pourrait être mise en vente.

-la salle des fêtes pourrait devenir la nouvelle salle du conseil,

-l’ancienne cantine servirait à accueillir le bureau de la mairie.

Un (e) ? autre conseiller propose de construire la salle des fêtes en face du cimetière sur le terrain acheté par la mairie. Mais ce projet pose un problème pour le PLU.

Fabien expose, à son tour, son idée pour l’aménagement du bourg :

-la mairie actuelle pourrait devenir la maison des associations avec de l’autre côté de la ­cour un lieu de stockage. Et la maison rose deviendrait la nouvelle mairie.

Alain s’interroge sur le devenir de la maison à vendre derrière l’église. Un projet privé immobilier est actuellement à l’étude. Il pourrait permettre la création de deux ou trois maisons. Cela aura des incidences positives sur les finances de la municipalité. Cela aurait des conséquences pour l’aménagement du bourg : modification du parking, voie de passage…

Quelqu’un propose l’idée d’acheter cette maison située derrière l’église pour y aménager la nouvelle mairie. Il est dit que ce projet avait été travaillé il y a déjà 30 ans… Avant d’être abandonné…

Jean-Philippe évoque l’idée d’interroger des bailleurs HLM type « Sarthe habitat » sur la mise  à disposition, à leur égard, de la maison rose.

Pierre rappelle qu’il avait proposé une rénovation de « l’ancienne cantine » pour faire un lieu de couchage pour les locataires de la salle des fêtes. Puisque cette salle est un lieu attrayant qui rapporte quelques euros à la mairie, pourquoi ne pas axer nos investissements dans cette direction ?

Des conseillers acquiescent : effectivement, deux ou trois chambres pourraient être aménagées dans l’ancienne cantine.

Bertrand se pose la question de l’utilité et de l’emploi de la mairie par les habitants. De son point de vue c’est un lieu très peu fréquenté.

Françoise lui répond que, tout au contraire, la mairie est un lieu où il y a beaucoup de passage.

Fabien y voit même un lieu de convivialité.

Jean-Philippe redit que l’exiguïté de l’actuel bureau du maire pose problème au quotidien.

Actuellement, Françoise prend la parole pour faire le point sur la dimension comptable de ce projet d’aménagement du bourg. Une nouvelle estimation a été proposée par un artisan. La rénovation de la maison rose pourrait coûter 200 000 € hors-taxes frais d’architecte compris. Cette estimation ne prend pas en compte la rénovation de la façade de la toiture. D’après ces projections il serait possible d’emprunter 150 000 € (50 000 € étant pris sous les réserves).

Christian regrette a quel point le fonctionnement des appels d’offres tend « mécaniquement » à faire augmenter les devis. Il rappelle, aussi, que les demandes de subventions entraînent des exigences techniques qui  ont aussi tendance à augmenter le prix total.

Françoise précise qu’elle a anticipé ce mécanisme: dans son plan de financement, elle  a limité volontairement l’apport des subventions.

Bertrand demande s il n’est pas possible d’inclure dans ses appels d’offres une clause « locale » afin de favoriser nos entreprises situées sur le canton. Il est répondu que, seules, les grosses entreprises ont les moyens de répondre aux dossiers « complexes » de ces appels d’offres concernant.

Il est question de la « fonctionnalité » de la mairie aménagée dans la maison rose. Les avis sont partagés. Pour certains, les bénéfices en termes fonctionnels ne sont pas évidents (par ex : l’espace gagné ne dépasserait pas 1m2). Pour d’autres, il est évident que cette maison rose rénovée sera plus facile d’accès et d’utilisation.

Jean-Luc vient d’arriver. Il propose que l’on «rase » la maison rose pour construire une mairie neuve ! Ce point de vue est partagé par Bertrand. Il est répondu qu’il serait dommage de ne pas valoriser le patrimoine architectural de notre commune.

Fabien propose une première synthèse : l’idée d’acheter la maison derrière l’église semble avoir été abandonnée par notre groupe. Il paraît, en effet, peu raisonnable d’investir dans son nouveau bâtiment qu’il faudra ensuite rénover.

A propos de l’aménagement de la mairie dans la maison rose, Pierre intervient pour dire que si effectivement « il faut aller de l’avant », il ne faut pas non plus se lancer « tête baissé » dans un projet qui pourrait fragiliser nos finances et rendre impossible le recouvrement des frais de « base » (entretien des voiries par exemple). Il déplore le fait que de nombreux investissement public sur le canton« ne servent à rien ». Le minimum, pour l’argent public -qui nous ait confié en tant que conseillers municipaux- c’est de prendre des précautions et de le gérer en « père de famille ».

Pour Fabien, l’investissement public ne peut pas viser une rentabilité financière. Il s’inscrit dans le sens d’une amélioration de la vie publique.

Il est ensuite question des incertitudes qui empêcherait d’acter cet aménagement du bourg. Quid des revenus que pourrait apporter les éoliennes (dans le probable, il est évoqué 10000 euros annuel soit, à peu près, la somme des remboursements d’emprunt  du projet). Quid, aussi, de la création d’une commune nouvelle, ou de mutualisation(s) avec d’autres communes et de la baisse annoncée des dotations aux collectivités ?

La réunion est en train de se conclure sur le constat qu’il faudra poursuivre notre réflexion. Une nouvelle fois, il est dit que le devenir « incertain » des communes rend assez hasardeux une décision prématurée …et une nouvelle fois, il est répondu, à cela, que l’aménagement du bourg permettrait, justement de prendre la main sur l’avenir de notre commune.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.