Propos à propos de la défense d’un hôpital local

DOCUMENT N° 93 de la page Loinverlà (voir plus)

Sources : page Facebook de l’association de défenses de l’hôpital de Montaval sur Loir, articles de la presse locale (Petit Courrier, Maine libre, Ouest France) et journal de bord Loinverlà.

Comme aujourd’hui est plus facile de critiquer que de dire la vérité et bien je publie mon vécu de cette nuit . A 00h allo le 15 pour une crise d asthme assez forte le médecin du samu me dit qu au mans il y et 4h d attente 🤯 ! Dans ma tête 4h de détresse respi pour mon fils NON pas question. Il m envoie vers CHATEAU du LOIR et bien oui j y vais. Arrivé la bas avec mon fils il a été pris en charge de suite le doc est venu le voir auscultation et hop 1er aérosol d une série. J ai eu affaire à des soignants compétants efficaces. Rentré à 4 h du matin .
Alors chacun d entre nous à vécu des bonnes et moins bonnes choses aux urgences mais La FERMETURE NE DOIT PAS SE FAIRE !
La journée d’hier s’est admirablement déroulée, beau petit temps pour manifester, le soleil nous ayant honoré de quelques rayons. Merci encore pour nous avoir permis de monter dans le bus affrété par Monsieur Baudry afin de participer à cette manifestation qui me tenait à cœur en tant qu’usager de l’hôpital il y a maintenant 3 ans, en constatant déjà les manques, un personnel débordé…Et merci aussi aux élus présents dans le bus qui me permettent de croire en leur rôle. Mais il en manquait cependant.
À quand l’unité ?
 
« Gérard Baudry a très bien résumé la journée en disant que « malgré la réception des délégués au ministère, rien n’avait été obtenu. L’hôpital public existe et appartient à tous. Cette première initiative de manifestation nationale suite à l’appel du collectif du 17 octobre de la Mayenne était en quelque sorte le premier coup de semonce, un avertissement à Véran et au gouvernement, à savoir que s’ils continuaient leur politique de destruction de l’hôpital public( supprimer des lits, etc…) alors la mobilisation nationale se renouvellerait et s’amplifierait dès janvier. A noter que la presse a en effet couvert l’évènement au niveau national, ce qui donne du poids à cette action des 6000 – mains dans la main, soignants-soignés-soignables-, déterminés à se battre.
Il semblerait qu’il aurait été évoqué qu’un « nouveau service d’urgence » de type SMUR serait « en cours d’examen » pour les zones sinistrées, mais cette nouvelle diversion du gouvernement ne change rien aux revendications des collectifs de défense de l’hôpital afin de garder les services d’urgence et le personnel adéquat, notamment pour les 5 hôpitaux périphériques sarthois dont 4 seraient menacés de fermetures, ce qui engorge évidemment l’hôpital du Mans.
Une politique froidement menée et exécutée depuis des décennies.
La Sarthe en ce sens est intéressante à suivre « comme exemple et à développer pour les soutiens des citoyens. La presse ne s’est pas trompée puisque Gérard Baudry a été interviewé plusieurs fois.
Les associations de défense de l’hôpital semblent être une action qui mobilise le peuple, également les élus, une représentativité qui ferait « trembler » l’exécutif?
Pour preuve, la présence de la police, non casquée, restant minime, discrète sur les lieux, pas d’encadrement durant le défilé contrairement à d’autres contestations.
A noter toutefois qu’à quelques encablures de la place Vauban et du ministère, une nuée de CRS attendait un appel pour intervenir… »
 
« …Ce que j’ai également entendu, c’est la souffrance de personnels qui se sont quasiment sacrifiés pendant la 1e vague puis sont mis sur la touche sans la moindre rémunération, les soignants confrontés à l’épidémie de bronchiolite des nourrissons et incapables de trouver des places pour les accueillir, l’injustice et l’humiliation. J’ai aussi entendu qu’il se met en place des recours judiciaires et, ça, ça m’intéresse. C’est un intervenant de la Bretagne qui l’a évoqué. Ils ont trouvé des avocats pour soutenir cette démarche. »
 
Échos de la Manifestation chez Véran
du samedi 4 décembre 21
par des manifestantes et manifestants du CNRR 72
6 000 manifestants ce jour à Paris , unis derrière leurs associations, leurs syndicats, leurs élus, une bonne couverture médiatique et … aucune réponse d’Olivier Véran aux revendications portées, criées par les représentants de nombreux hôpitaux et villes touchées par les fermetures de lits, de services, d’urgences, de SMUR.
Il faudra donc y retourner, plus nombreux, plus déterminés pour crier encore plus fort « on veut des lits, des postes pour l’hôpital public », « la fermeture des lits, c’est criminel » : tel était le leitmotiv des intervenants qui se sont exprimés devant les portes du ministère à la fin de la manifestation.
Nous avions décidé lundi dernier, lors de la réunion du bureau du CNRR 72, de diffuser le tract d’appel à cette manifestation auprès de nos réseaux de contacts ainsi qu’au meeting du lendemain de La France insoumise.
C’est ce que nous avons fait. Plusieurs d’entre nous s’étaient inscrits pour le transport en car, soit au titre du CNRR, soit au titre de leurs syndicats ou de leurs associations de défense. 39 Sarthois ont donc pris le car réservé par l’association de défense de l’hôpital de Saint-Calais. Pendant le trajet, son président, Gérard Baudry, a fait état du combat mené depuis 26 ans par l’association. Le maire de Saint-Calais lui a succédé au micro pour dénoncer les manœuvres de la direction de l’hôpital et de l’ARS ; puis, une représentante de l’hôpital de Mamers / Alençon, ainsi que Marc Gandon, secrétaire du groupement départemental des services publics et de santé Force ouvrière de la Sarthe, Michel Macon, président de l’association de défense de l’hôpital de Château-du-Loir, ont raconté le combat qu’ils mènent dans leur établissement ou leur ville.

Le cortège, déterminé, dynamique, a tourné autour du ministère de la Santé pour s’y arrêter longuement.
La banderole de l’association de défense de l’hôpital de Saint-Calais a été très remarquée et c’est elle que nous avons pu voir sur les chaînes de télévision.
Refrain :
Ne m’appelez plus jamais urgences,
L’urgence y veulent la faire échouer,
ne m’appelez plus jamais urgences si tout le monde me laisse tomber.
1) Quand je pense aux années arrières, on l’appelait la chirurgie
Je ne voudrais pas finir comme elle, ils l’ont laissé tomber l’ont finie.
2) Je suis un service exemplaire, capable de soigner mille ans
Équipe de soignants toujours faisant
Presque aussi fort que tout variant

Refrain
3) Je suis un service exemplaire, la pour soigner tous mes patients
Je n’mettrai pas genoux à terre, Je suis debout face à tous les vents
4) Je sais faire les tests PCR, j’finirai pas dans le néant,
Je suis urgences qu’est ce qui me reste ?
Je me redresse je sers les dents

Refrain
5) Quand je pense aux années arrières,
On l’appelait la chirurgie
J’voudrais pas subir le même sort,
me retrouver au fond de l’oubli
Que le plus grand des dignitaires,
ait le courage de me couler
Le cul tourné vers les vestiaires, là ou il veut me renvoyer

Me patient n’est pas une marchandise.

L’hôpital n’est pas une entreprise.

La santé n’est pas négociable.
Le patient n’est pas une variable d’ajustement du cac 40

Pour maintenir le service d’urgence ouvert, « une centaine de gardes ont été prise par des praticiens du Mans, alors qu’eux même sont en difficulté » Concernant l’avenir « rien n’est tranché et on ne sait pas quand ça sera le cas » Petit courrier du 3/12/21.

« À l’échelle de la Sarthe, il manque 40 urgentistes pour faire fonctionner les urgences , et cela ne date pas d’hier (…) On s’est mobilisé (…) si l’on avait pas fait ça, le 30 avril ça fermait » (petit courrier du 03/12/21)

Malheureusement, pendant des années, les habitants ont préféré aller à l’hôpital du Mans. La réputation (subjective) de l’hôpital de Château du Loir n’a jamais été très bonne.

Finançons les études médicales et demandant aux jeunes diplômés de travailler « x » années dans les déserts médicaux. et d’une façon plus générale, fonctionnarisions tous le personnel médical !

Un infirmier débute avec un salaire de 1500 euros. C’est trop peu au regard de leurs responsabilités (notamment juridiques). Cela décourage des vocations.

Si la dette est remboursée, c’était déjà une bonne chose. L’hôpital va pouvoir refaire des investissements. En tout cas, j’imagine…

Mes amis,

Mes camarades,

Le ministre Véran est venu au Mans annoncer un plan historique d’investissement pour les hôpitaux de la région des Pays de la Loire : 1 228 000 000 d’euros !!!

Dont 662 000 euros pour l’hôpital de Montval-sur-Loir !!!

Contact pris avec les syndicats : les 662 000 euros correspondent au centime près au rachat par l’État de la dette de l’hôpital de Château… Il en est de même pour toutes les structures hospitalières de la région.

Donc : 0 euro d’investissement !

Résultat : Véran nous prend pour des … cons ! Et il en est fier !!

N’oubliez pas d’adhérer à l’association de défense de l’hôpital de Montval, à celle de Saint Calais ou de Laval !

Le 4 décembre, un car est affrété par les assoc de Montval et Saint Calais pour aller huer Véran sous ses fenêtres !

Mobilisons-nous !

Belle soirée, bon weekend !

Fraternellement,

Fabien

secrétaire de l’association de défense de l’hôpital de Montval-sur-Loir (170 adhérents en 2 mois)

Bonsoir chers amis,

En pleine crise sanitaire, le gouvernement continue son travail de destruction de l’hôpital public. 20 % de lits fermés, une disparition programmée des services d’urgence dans toutes les campagnes de France (chez nous Saint Calais, Le Bailleul, et Montval bien sûr, plus loin Ambert dans le Puy de Dôme, Givors dans le Rhône, Bastia en Corse, Draguignan dans le Var, etc.).

Demain, il faudra se rendre à l’hôpital du Mans dont les urgences sont déjà engorgées (et dont le parking est payant)… au moins 45 minutes, 15 minutes de trop pour prendre correctement en charge un AVC.

Serions-nous des citoyens de seconde zone ?

Si vous pensez que non, n’hésitez pas à adhérer à l’association de défense de l’hôpital de Montval. Notre objectif est de fédérer un maximum de citoyens pour faire « poids » d’où la modestie de la cotisation… Plus l’association regroupera de citoyens, plus nous serons forts face à l’ARS et aux pouvoirs publics ! Il en va de notre santé !

L’hôpital vous sauvera, sauvez l’hôpital !

Je peux directement récupérer vos bulletins d’adhésion et les cotisations pour les transmettre au trésorier.
Et n’hésitez pas à vous faire les porte-parole de l’association en diffusant ce bulletin.

Je vous en remercie par avance.

Fabien

secrétaire

Association de Défense de l’hôpital de Montval-sur-Loir

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Si vous souhaitez commenter :x
()
x