L’effondrement des prophéties

Paris, avril 2024

Putain de volcan ça caille caille caille

Des cendres partout des cendres qui ne font que descendre

Un ciel de plomb qui nous tombe sur la tête

Et le soleil en berne depuis des jours longs comme des mois

La météo gris uniforme partout partout partout

Et la consigne qui tourne en boucle sur les radios

Interdiction de faire du feu

Interdiction de faire du feu

Pas le moment d’en rajouter question fumées

On devrait se réjouir

Enfin une mesure radicale pour limiter les émissions de gaz à effet de serre

Adieu le réchauffement climatique

Tu parles d’un chaud et froid

Et froid effroi

Arrête avec ton humour à deux balles une pour toi une pour moi

Tu crois pas que tu pousses un peu dans la déprime

Sauf que c’est trop dur sans ma permaculture

C’est vrai que ça nous manque nos circuits-courts dans la ville

Nos jardins en terrasses

Nos ballades à vélo

Nos raids en patinette

Patience c’est juste une pause ça devrait pas durer

Le nuage va bientôt se dissiper

Le ciel se dégager

La température remonter

Vous y croyez à ce qu’ils nous racontent

Leurs messages rassurants peut-être que c’est du flan 

Au moins ça fait causer

On suppute on discute on se frotte les oreilles Et les esprits s’échauffent

Question chaleur humaine on pourrait trouver mieux

On pourrait trouver mieux

Tiens pourquoi pas créer une mutuelle de couvertures

Trop belle l’idée

Motion adoptée à l’unanimité

Proposition d’extension  aux lainages et aux chaussettes

Objectif emmitouflage et calfeutrage à tous les étages

Zéro stock dans les armoires

Flux tendus à l’échelle de l’immeuble Et même du quartier

A condition qu’ils nous laissent déambuler

Rapport à la poussière soulevée par nos semelles de vent

Tu crains un couvre-feu Ou bien l’état d’urgence

Ils ont bien coupé Internet

Les téléphones pareil

Sauf que radio trottoir c’est pas la même histoire

C’est pas la même histoire

Tiens le concierge d’en face  il m’a parlé de Notre Dame

Pas de bol les travaux étaient juste finis

Cette fois-ci c’est l’inauguration qui tombe à l’eau

Avec la nouvelle toiture couverte de cendres

Pas top l’image pour tourner la page de l’incendie

Tourner la page de l’incendie

Le SDF  devant la supérette il s’en moque pas mal

Diable qu’il m’a dit y’a pire comme tragédie

Faut qu’on lui file une couverture

Je lui ai proposé mais il m’a ri au nez

T’en fais pas j’ai l’habitude de me les geler

Aucun souci pour sortir de ma zone de confort

J’y suis jamais rentré

Par contre on trouve plus rien à gratter dans les poubelles

La décroissance c’est ça aussi mon pote

Note bien que la croissance les millions comme moi on l’a jamais vue

Alors c’est pas le pet de travers d’un volcan qui va nous effondrer

Qui va nous effondrer

Le survival on en connaît un rayon

Crois moi on pourrait vous faire du coaching

On est plusieurs à avoir déniché un sous-sol dans un beau quartier

Je peux te dire qu’il y a des bagnoles qui sont toujours bien chauffées

Me demande pas l’adresse c’est réservé aux initiés

De toute façon sans ton GPS tu vas jamais trouver

Tu vas jamais trouver

Dire qu’en haut -lieu ils continuent à se chauffer au nucléaire Pendant qu’on se pèle les noyaux

Parait même que certains seraient partis se réfugier au soleil

Tu vois pas besoin de sauver les riches, ils se sauvent tout seuls

Sûr qu’à Dubaï, depuis leurs tours de malades

T’as une vue imprenable sur la mer de nuages

Sur la mer de nuages arrêtez le délire

Arrêtez le délire

Tous les avions sont cloués au sol depuis deux semaines

Les civils oui mais les militaires 

Ils sont sûrement blindés

Qui sait si on les a pas réquisitionnés

Grandes fortunes petits bataillons

Avec un ou deux zings tu cases déjà pas mal de beau linge Sans même le froisser

Moi c’est le calendrier qui me chiffonne

Déclencher un tel cataclysme le lundi de Pâques

Et un premier avril en plus

Un premier avril

ça fait quand même de sacrées coïncidences De drôles de synchronicités

Ne me dis pas que l’éruption de ce volcan c’est un signe d’avertissement De la Pachamama

De la Pachamama

Je dis rien j’en sais rien

J’en sais rien

J’en suis à me demander pour qui elle roule la boule

Plutôt que de virer maboule on ferait mieux de prendre un peu de recul

Un peu de recul

On en a déjà  pris pas mal avec notre prévision d’effondrement

Pas avant 2050 qu’on s’était fixé la prophétie

On avait tout bien calculé

Les stats pile compilées

Les chiffres qui parlent  d’eux-mêmes

Les courbes qui mènent tout droit à la cata

La cata

Le rêve de toute une vie

Et vlan tout par-terre en 2024

L’année des Jeux

Les Jeux olympiques

Tu vas pas les pleurer

On était contre je te signale

Oui mais il y avait débat quand même

Avec ceux qui pensent que ce genre d’événement

Question consommation béton et kérosène

C’est bon pour accélérer la fin de ce foutu monde

Et que si on pouvait gagner quelques années

On aurait plus de chance de le voir mourir de notre vivant  Ben là au moins te plains pas on est servis.                                   

Paris, un an plus tard

Le ciel  regardez moi le ciel  

T’ouvres enfin tes volets

On dirait que tu sors du coma

J’ai trop flippé que la lumière s’était soufflée

Trop cauchemardé que l’éclipse allait nous enterrer

Trop besoin des sourires à mettre sur nos bleus

Des sourires à mettre sur nos bleus

Plus de six mois déjà que le voile s’est déchiré

On est revenu de l’enfer

Et ça nous fait ni chaud ni froid

Rien de nouveau sous le soleil

Après l’effondrement il est où le changement Il est où le changement

Le terril aux portes de Paris peut-être

De la poussière récupérée partout dans le pays

Dans les rues, sur les routes, dans les champs

Jusque dans les cours d’écoles

Bravo et merci les jeunes bénévoles

Grâce à vous et à la société Global Phoenix

L’espoir renaît d’une vie meilleure

Avec le droit de faire du ski en pleine ville

En plaine ville

Et en toutes saisons chaudes

T’as vu leur pub à pleurer le Déluge

Fini la piste de neige artificielle Place à la cendre naturelle

Descendre le plaisir grisant

Vivez plus qu’un slogan

Plus qu’un slogan

Promotion des familles

Pour les vacances de Pâques

Avec les enfants, les cousins, les cousines

Recherchez la position de l’œuf

Le plaisir simple d’une résurrection

Une résurrection

Au bout du chemin de croix

La reprise comme un remontant

Des montagnes de blé qui flottent sur l’horizon

Une brume argentée qui flatte les narines

Fini les odeurs de soufre

Les particules à rayer les poumons

Tu pourrais retirer ton masque

Son port n’est plus obligatoire

Tout juste toléré pour les insuffisances respiratoires

C’est mon cas figure toi

Et pas seulement à cause de l’air

Un masque ça peut aider

Aider à regarder le monde en face

Et ça n’interdit pas de pointer son nez vers les étoiles

Vers les étoiles   

C’est pas plutôt pour te donner un genre

Tu crois pas si bien dire

Le genre humain

Et fier de l’être si tu veux savoir

Sans se prendre pour des dieux

Juste se respecter les unes les autres

Ni écraser ni s’écraser

Tiens tu devrais l’essayer  pour le voir de l’intérieur

L’intérieur

Jamais je l’aurais crû

C’est magique

On dirait un miroir à remonter le temps

T’y retrouves le reflet de ton visage d’enfant

Le frisson de jouer à cache-cache avec les loups

Le goût de la confiance

Alors arrête de te planquer

Avance masqué

Masqué

Comme déjà des milliers

En plein jour

Sur les trottoirs

Dans le métro

Au boulot

Sur les bancs si t’y fais ton dodo

Tatoue ta face

Joue des couleurs

Bigarre ta foule

Réchauffe le climat

Rejoins le mouvement 

Le souffle court

Le souffle court

Super le hashtag de ta mob

(ensemble)Rentrons dans la dissidence

Juste avec nos sourires

En guise de pied de nez

Et le rythme endiablé

De nos clins d’œil futés

Déjouons les caméras

Qui tiennent tout le monde en joue

Et nos tronches tristouilles

Coincées dans leurs ordis

A nous de passer le mot

Sous l’ écorce le manteau

Sous l’écorce le manteau

C’est comme ça qu’ils ont fait les volcans

Pour rugir en même temps

D’Indonésie en Islande

Et d’Islande au Mexique,

Le Kilimandjaro

Et le FujiYama

Jusqu’au Plomb du Cantal

Surpris dans son sommeil

Les retraités depuis des lustres

Réveillés en sursaut

Les jeunes qui poussent les vieux à bouger ça parle non

Comme les arbres qui communiquent entre-eux

(ensemble) Peuples de lave de sève ou de sang

On est tous des vivants

On est tous des vivants

Sauf qu’on n’est pas tous dans le même camp

Comment ça

Tu vas pas bien ou quoi

La nature et nous ça fait qu’un

Vous croyez encore à ces fadaises

Après ce qui vient de se passer

J’hallucine

On se défonce depuis des années pour la sauver

 Et elle trouve rien de mieux que de nous exploser

La Terre nous a trahi les amies

Les amis

C’est ça la reconnaissance faciale de la réalité

La nouvelle donne qui nous oblige à réviser nos plans sur la planète Et pas dans cinquante ans

Déjà que depuis 2010 au premier coup de semonce

 Après l’Ey jaf jalla jo kull

Comment tu le prononces

J’ocule

On a perdu trop de temps

A lui chercher des rimes en ule

Pour le tourner en ridicule

On sait maintenant qu’il peut tuer

Qu’il peut tuer

Et qu’il est pas tout seul

Et que la Pachamama elle laisse faire

Alors pitié

C’est plus le moment de minauder

De chercher des excuses Ou des explications

On dit pas qu’elle l’a fait exprès

Ni qu’elle est tordue

C’est juste qu’elle est pas fiable

 Un coup de vieux peut-être

Ou une saloperie de maladie

Sauf que pour les planètes qui partent en vrille il est où l’hosto Il est où l’hosto

Faut qu’on s’attaque à sa prise en charge

Le sédatif

Affirmatif

Fini les enfantillages

Les risettes

C’est du lourd

C’est du pro

C’est pas du bac à sable La guerre est déclarée

On a besoin d’alliés

On a besoin d’alliés

Costauds

Compétents

Maîtres des paramètres

Un tel CV j’en vois pas d’autres que les GAFA

Quoi

Les GAFA

Pas question de faire affaire avec l’économie sociale prêchée par Saint Uber

Pas de chasse aux sorcières

On n’a pas les moyens

Eux au moins ils font pas semblant d’y croire

Et ils y vont à fond

A fond

A fonds pas perdus pour tout le monde

Ce genre d’omelette se fait pas sans casser sa tirelire

De ce côté là pas d’inquiétude il y a du répondant à la pelle                                   

Et puis t’en connais d’autres toi qui calculent à la vitesse de la lumière

En plus ils sont déjà dans le flow avec leurs robots

Et leurs implants sous la peau Prêts à migrer en sous-sol

Scanner les entrailles de la Terre Installer la camisole électronique

Tu nous vois faire le job

Tu nous vois faire le job

En jouant les Jules Verne

Avec un club de spéléo

Alors gaffe aux GAFA gaffe à Gaïa On ne va pas y passer la soirée

Pour les gens de notre espèce

Il est où le danger

Il est où le danger

Dans ceux qui veulent augmenter notre espérance de vie Jusqu’à l’immortalité

Ou dans celle qui peut à tout moment nous atomiser dans l’Ether Façon feu d’artifice

Bouquet  final

Basta

T’arrêtes de tergiverser

Tu choisis ta méfiance

Et tu lâches pas

(ensemble)Tu lâches pas

Los Angelès avril 2028

Qu’est-ce que c’est sombre

Bonjour les mauvais souvenirs qui remontent

Où est passée la rampe

Raide le gratte-ciel sans ascenseur

Décidément pas une cage pour relever l’autre

Endure les marches c’est pour la bonne cause

La bonne cause

Les travaux pour les prochains JO je parie

Tu vas voir d’en haut c’est géant

Offerts sur un plateau

Surplombé par les Terrils jumeaux des Jeux du renouveau

Des stades, des gymnases, des piscines, des dojos , Et bien-sûr des parcs et des studios au kilo

Pas étonnant que le courant électrique tire la langue

Ton souffle court il tient toujours

C’est plus ma cam j’ai viré ma cutie

Alors comme ça finit l’effondrement

Fini l’effondrement

Ralentis quand même s’il te plaît  j’ai pas ton entraînement

Mon équipement d’athlète en herbe tu veux dire

T’es volontaire pour tester des dopants

Mieux que ça cheffe du projet Labo du CIO mon cher

Le sport au service de la santé durable

Objectif 1000 ans d’espérance de vie pour commencer

Et partir à la conquête de la vie sans fin

Tous les engagés des JO ont accepté d’être mes cobayes

Tu connais un champion qu’a pas envie d’être immortel

Capteurs, injecteurs, stimulateurs, transformateurs, réacteurs incorporés

On va faire des bonds énormes pour l’avenir de l’Humachiné

L’avenir de l’Humachiné

En attendant on rame pour franchir les paliers

XXII-ième  tout le monde descend

Monsieur peut respirer

Et savourer la perspective éblouissante du ciel des Anges

Avec à l’horizon le prochain siècle à portée de main

Toutes les disciplines unies dans le même effort Pour enfin tuer la Mort

Faucher l’herbe sous le pied de la guerre

Et renouer avec l’idéal de paix du mouvement olympique

Tout ça grâce au progrès automatique

Suffit de se laisser guider par la main qui nous fait marcher

(ensemble)Qui nous fait marcher

A condition quand même que les volcans s’écrasent pour pas gâcher la randonnée

C’est pour ça que je t’ai rejoint en souterrain

La mise au pas planétaire on en fait notre affaire

(ensemble)Notre affaire

On est des radicaux de la techno

Pas de la zic qui fait musette

De la qui déménage

Les corps et les décors

Le militaire à côté c’est de l’école primaire

Tu verrais comme on éclate les contraintes budgétaires

Bill Gates nous a ouvert les portes

Avec Google il a même pas besoin de frapper pour avoir ses entrées

Le mec est cool faut parler son langage c’est tout

(ensemble)Son langage c’est tout

Investir dans l’immortalité c’est bien beau

Mais si la Terre  nous satellise à coups de volcans un par un

Chacun dans son coin sur sa trajectoire

On sera combien à atterrir sur Mars pour refaire l’histoire

C’est trop aléatoire

Si tu veux pas risquer de voir ton fric délayé dans la Voie lactée

Prends les choses dans l’ordre

(ensemble)Dans l’ordre

Fais pas l’impasse sur le macro

Mets aussi ton électronique au service de la lutte contre la délinquance volcanique

C’est ça l’urgence si on veut avoir l’éternité devant nous

(ensemble)L’éternité devant nous

Il a signé des deux mains des deux pieds

On trinquerait pour moins que ça

A nos jeux technolympiques mon bon compère

Longue vie à nos partenaires tellement complémentaires

Avec leurs  réactions en chaîne qui vont si bien

Mine de rien en contrôlant la Terre on sécurise les déchets nucléaires

Pour alimenter nos ascenseurs

Plus besoin de se prendre la tête avec le solaire et l’éolien

Chic alors on va pouvoir souffler

(ensemble)Pouvoir souffler

Et se reprendre une gorgée

Sans abuser

J’ai la tête qui commence à tourner

Et les jambes qui flageolent

Pas toi

Si si aussi

T’entends pas le son monter ça rock et ça roll  nos verres sévère

T’as même les murs qui swinguent

Et les meubles qui valsent

Est-ce nous qui dansons

Ou la terre qui tremble

(ensemble)Ou la Terre qui trembbllleeee

Putain la faille

C’est chaud chaud chaud

Jean-Pierre Dardaud                                                            décembre  2019

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.