En quête de vision

21.05.12

Je suis revenu hier de 4 jours et 4 nuits de quête de vision sans manger ni boire. J’étais en haut d’une montagne de la forêt noire entre La vallée de la Wehra et la bourgade de Wehr. Vue fantastique et imprenable sur les Alpes par temps clair, un très bel endroit. La première nuit fut froide, dans les -5° je pense et mon sac de couchage est plutôt léger. Mais avec 2 couvertures supplémentaires et mon anorak par dessus, j’ai évité la glaciation. Après, les températures ont monté si bien que j’ai pu me mettre torse nu 20 minutes tout les jours. Je fais cela parce qu’il me faut habituer mon corps au soleil et bronzer un peu à l’avance si possible (je ne bronze pas si facilement que ça) sinon je prendrai un coup de soleil à la danse du soleil.

John, le fils d’Archie m’a demandé d’aller en quête de vision avant la danse pour « M’assurer que tout est bien clair. » Je n’ai pas eu de vision, bien que certaines expériences que j’ai faites là – haut n’ont pas toutes trouvé des explications logiques. Ce qui compte, c’est que mes pensées et sentiments sont devenus plus clairs et ma résolution de prendre le vœu de la danse est forte et profonde en moi maintenant. Ce n’est pas rien puisque ce vœu s’étend sur quatre année de suite et je ne suis pas exempt de la peur de souffrir et d’échouer. J’ai sondé ma motivation profondément. J’avais le temps : dans ma vie « normale », je passe mon temps à travailler, faire la cuisine, manger, me laver, m’occuper de ma fille, lire et répondre à des e mails… etc. J’ai eu tout d’un coup tout ce temps à disposition, je n’avais rien à lire ou a écrire, pas de portables. J’ai pu contempler la nature, dialoguer avec moi-même intérieurement et parfois à voix haute, prier et chanter. Je me réjouis de la danse du soleil et de la possibilité qui m’es donnée d’y participer avant que je sois trop vieux.

07.06.12

Le lendemain de ma quête, j’ai relaté mon expérience sur mon dictaphone, je vais la transcrire et la compléter maintenant.

La première nuit fut dure, froide autour de -4° par là et puis ça a du se réchauffer parce qu’il a plu un peu. Le premier jour, c’était les douze travaux d’Hercule : j’ai agrandi mon lieu de quête trop à l’étroit en repoussant les bâtons et les ribambelles de tobacco-ties. J’ai fait beaucoup de terrassement pour m’organiser pour dormir sur ce flanc de montagne orienté sud, juste en dessous de la ligne de crête. Deux endroits, un emplacement bien plat pour dormir quand il ne pleuvait pas et un autre endroit sous les feuillages d’un petit hêtre (sur lesquels j’ai tendu ma bâche) bien en pente et très court que j’ai pu prolonger un peu avec des pierres et de la terre. J’ai dormi à peu près à parts égales dans les deux emplacements. L’emplacement protégé est toujours resté assez inconfortable, mais je pouvais à peu près y dormir au sec quand il pleuvait, ce qui arriva toutes les nuits, sauf la dernière. Je me suis réjouis en m’endormant sous un ciel entièrement dégagé et sans vent, de pouvoir enfin dormir toute une nuit sur l’emplacement plat. Ma dernière nuit fut tout de même entrecoupée parce que des petits mulots furent très actif, se promenant sur les feuilles sèches qui ne manquaient pas de craquer et de me réveiller. Mes protestations et injonctions à respecter mon sommeil leur faisaient peur juste pendant une minute et après je les entendait reprendre leurs activités.

La deuxième nuit, je l’ai commencée à découvert et il y a eu une tempête de vent terrible. Les arbres se balançaient énormément. Des arbres morts craquaient sinistrement et j’ai plus d’une fois eu peur de m’en prendre un sur le coin de la gueule. Cela n’a pas été le cas, heureusement.

Tous les matins et tous les soirs j’ai prié pour les 6 directions. Le matin je commençais ainsi par l’Est et non par l’ouest. J’ai chanté en regardant le soleil se lever à travers le feuillage d’un autre hêtre et en dansant façon danse du soleil avec ma pipe ou avec une crécelle que j’ai donné à la fin de la quête à P. Pendant la journée je priais en suivant la course du soleil.

A part la tempête nocturne de la nuit de jeudi à vendredi, il y eu souvent des moments ou le vent soufflait fort et les arbres se balançaient. Le vendredi (deuxième jour) à été pour moi très dur, je me sentais très fatigué. P m’a dit qu’elle avait pensé à moi à ce moment et qu’elle ne me sentait pas très bien, elle avait raison, je me sentais corporellement extrêmement rétamé, je me sentais comme un vieillard, chaque mouvement était pénible. La troisième journée ça allait beaucoup mieux. Dans l’après-midi, P et N sont venus me voir. Ça m’a fait grand plaisir de fumer la pipe avec eux et j’ai eu le droit de boire une tasse de sauge après.

Dimanche matin, il y eu à nouveau de bonnes rafales de vent et les arbres à nouveau tanguaient. Je me suis senti comme un arbre et me suis mis moi-même à tanguer avec eux, à danser durant un long moment une danse d’arbre avec eux. De temps en temps je devais reposer mes bras car c’est fatiguant de maintenir les bras en l’air. Cela m’a conforté dans l’idée que mon nom, de Bellabre, m’allait bien ou que moi j’allais bien avec ce nom et que c’était une bonne idée d’avoir un arbre sur mon médaillon. Ça m’est venu spontanément et j’ai beaucoup apprécié de voir et de participer à cette danse des arbres, je les ai sentis non seulement comme des êtres vivants mais je ne sais pas comment dire… Il y a une conscience.

J’ai beaucoup observé les animaux aussi, les fourmis, comment elles communiquent entre fourmis de la même espèce en entremêlant leurs antennes lorsqu’elles se rencontraient. J’avais beaucoup de visite de fourmis, étant pas loin d’une fourmilière. De grosses fourmis avec un corps en 3 partie, le milieu rouge et le reste noir. Par contre quand elles rencontraient des fourmis d’une autre espèce, des noires plus petites, elles les attaquaient sans merci. J’ai vu pourtant une petite noire réussir à se dépatouiller et à s’enfuir après avoir été prise à partie (en tenaille) par 2 grosses. J’ai vu beaucoup de Milans aussi et entendu toute sortes d’oiseaux, dont des pics. Un écureuil et j’ai entendu quelque chose de plus gros (Chevreuil ? Cerf ?) que je n’ai pas vu.

J’ai fait beaucoup de tobacco-ties (360), j’ai beaucoup prié, j’ai imploré pour une vision et… je n’ai pas eu de vision, mais mes pensées se sont clarifiées. J’ai été conforté dans l’idée de faire la danse du soleil, en suivant la course du soleil tous les jours. Mes Tobacco ties m’ont permis de revisiter un peu toutes les périodes de ma vie, les villes, les endroits où j’ai vécu. J’ai prié en particulier pour toutes les personnes que j’ai connues (pas toutes, mais toutes celles dont je me suis souvenu) essayant de me souvenir de chacune d’entre elles et de trouver pour chacune une prière qui lui corresponde, répondant à un besoin de la personne. Ça été un peu comme une psychanalyse ou un travail d’histoire de vie par la prière très fort. Ça m’a fait explorer un peu mes motivations profondes pour faire la danse : Pourquoi je voulais faire la danse, pour qui. En particulier pour ma fille, pour qu’elle ne souffre pas trop de ce qu’elle a vécu à travers la maladie de sa mère. Pour mon père aussi, pour que ses dernières années soient belles. Pour ma sœur, pour H, la fille de M, pour ma compagne et ses filles…

Loïc de Bellabre

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.