Wiwanyang wacipi (Danse du soleil)

02.08.12

Premier jour de sun dance. Le plus dur c’est l’après-midi, la chaleur, il a fait très, très chaud. A un moment où je priais pour Olivia fortement, j’ai pleuré. A ce moment-là Archie m’est apparu, j’avais les paupières closes et j’ai eu la certitude qu’Archie veillait sur Olivia. Ma prière c’était : « Oh grand esprit fais en sorte qu’Olivia ne pâtisse pas des difficultés qu’elle a vécu dans son enfance. »

Plus tard, j’ai prié pour mon père, là aussi, j’ai pleuré et là c’est ma mère qui m’est apparue et j’ai eu le sentiment que tout comme Archie veillait sur Olivia, ma mère veillait sur mon père. Ma prière c’était que les dernières années de mon père soient bonnes et j’ai eu la certitude que ma mère veillait à ça. Et que son ouverture spirituelle allait continuer.  

J’ai prié beaucoup aussi pour A, pour qu’elle guérisse. Demain, je veux prier pour ma sœur et pour Simone. C’était très dur aujourd’hui, très, très dur. J’ai la bouche sèche il a fait très chaud 40° tout le temps, heureusement il y avait un peu de vent et des petits nuages par moment, c’était rafraîchissant. Mais il faisait chaud, très, très chaud, je suis complètement desséché.

03.08.12

C’est le deuxième jour de la danse, ça a été très, très dur aujourd’hui. Même quand je voulais me concentrer sur les prières, j’avais beaucoup de mal parce que j’étais extrêmement fatigué, plus aucune force dans les jambes. Les deux premiers rounds, ça a été à peu près, mais le troisième c’était l’enfer, parce que je n’avais plus aucune force dans les jambes. Le deuxième était déjà dur, mais j’ai réussi à tenir jusqu’au bout. Mais j’étais très fatigué à la fin et je n’ai pas réussi à me recharger à la pause. Pour le troisième, je n’arrivais plus à danser très bien, je faisais le minimum et je déclinais, déclinais, j’avais peur de tomber. À un moment M est venu il m’a dit que je pouvais arrêter de bouger, fermer les yeux, me concentrer sur l’arbre et laisser venir les images… C’est ce que j’ai fait et je suis tombé dans une espèce de transe. Au bout d’un temps, je ne tenais plus sur mes jambes, même en ne bougeant plus. Claude m’a dit que je pouvais me laisser tomber à genoux. Ils ont tous été très sympas, les Indiens aussi bien que mes copains européens, ils m’ont éventé, donné des conseils. Lorsque j’ai fini par tomber à genoux, deux m’ont pris sous les bras et m’ont amené jusqu’à l’arbre. Là j’étais déjà dans un état de transe avant d’y arriver. J’ai été pris de violents sanglots dès que j’ai touché l’arbre. Ça m’a retapé un peu, mais après j’étais tout de même au minimum. À un moment B est venu et m’a dit qu’il fallait que je bouge, sinon mon métabolisme risquait de s’écrouler encore plus, je n’ai pas pu vraiment suivre son conseil, mais un petit peu. Donc par moment, je me suis remis en mouvement au minimum. Pour rajouter à cela, il y a eu un round encore après, ou j’étais dans ce même état lamentable. Là je ne suis pas vraiment rentré en transe et pour moi il s’agissait juste de tenir. J’ai essayé toute la journée de me concentrer sur la prière. Sur le round précédent, mon état de transe rendait l’ensemble intéressant et j’ai eu de grosses émotions lorsque je pensais à Olivia ou à mon père, à Simone et même à A, mais ça ne m’a pas donné la pêche comme ça l’avait fait le premier jour. Donc pour le dernier round j’ai prié comme j’ai pu et suis revenu au camp complètement épuisé. Là je suis au Tipi, je tombe de sommeil, je n’ai plus d’énergie et j’ai la bouche pâteuse. Je me suis demandé plusieurs fois aujourd’hui si j’allais pouvoir tenir dans un état comme ça pendant toute la danse, si ça allait devenir encore pire pour les troisièmes et quatrièmes jours. Sachant que l’on continue à ne pas manger ni boire. Bon on a quand même eu une grande tasse, cette fois-ci, presque un demi-litre, hier de tisane de Bergamote, aujourd’hui de bouillon de poule clair. Ce qui me donne un peu d’espoir c’est que pour ma quête de vision spéciale danse, c’est le deuxième jour que je n’avais plus d’énergie et le troisième, j’ai trouvé un second souffle. J’espère que ça va être comme ça. Ciao pour aujourd’hui.

04.08.12

Troisième jour. Un peu comme prévu ça a été effectivement mieux. J’avais un peu plus d’énergie que le deuxième jour. C’était aussi le jour des percements de toute l’équipe. Ça m’a touché. Pour demain, il faut que je revienne à mes prières, je me suis un peu laissé distraire aujourd’hui par tous ces percements qui sont très intenses émotionnellement. À un moment j’ai eu le sentiment d’avoir le pouvoir de faire des bénédictions, aussi à l’avenir. J’en ai fait un certain nombre, pour un certain nombre de gens.

Bon j’arrête maintenant.

06.08.12

Hier c’était le dernier jour de danse et j’ai beaucoup souffert. Je ne sais plus si c’était hier ou avant-hier que j’ai eu une nouvelle vision paupières closes de mes 3 défunts préférés : mon frère, ma mère et ma grand-mère Mamita me souriant avec bienveillance.  Sinon, ce fut extrêmement dur. Le matin ça a caillé terriblement, mais bon, en dansant ça réchauffe. Malheureusement après le cagnard est revenu. Il y a eu deux rounds de piercing interminables. Dans le deuxième je suis tombé deux fois. La première fois on m’a amené à l’arbre… La deuxième fois on m’a amené directement au tipi, le tipi des cérémonies Peyotl, derrière le feu des huttes, transformé en infirmerie avec des médecins. Ce n’était pas mal parce que j’étais dans un état second et là au moins l’ombre était totale, ce qui adoucissait le cagnard absolu. Je n’y suis pas resté très longtemps, car dans une semi-conscience j’ai entendu le chef Thomas Lopez qui parlait, il disait que c’était la sundance et qu’il n’était pas question de donner à boire ou des médicaments aux sun dancers. Je n’avais de toute façon rien eu. À la fin de son discours il est venu me voir et m’a demandé si je voulais toujours continuer la sun dance. J’ai dit que oui, il m’a aidé avec un autre homme à me relever et m’a dit d’aller à l’Arbor des sun dancers ou j’ai eu le droit de rester pendant que le round de piercing des chefs se terminait.

Je n’étais pas le seul sous le Arbor, il y avait pas mal de danseurs épuisés. J’étais dans un état lamentable, mais j’ai vu que nos rangs étaient décimés parmi les danseurs de Lame Deer. J’en ai trouvé 4 de chez nous sous l’Arbor quand je suis arrivé. C’est vrai que je me suis demandé si je pouvais danser dans des conditions comme ça, avec si peu d’eau, si j’ai l’énergie nécessaire. Je pense qu’il faut pour les prochaines fois que je m’entraine physiquement un peu plus, car j’étais insuffisamment préparé à ce niveau cette année. Il faudra que je trouve des moyens d’éviter la déshydratation. Un danseur Chileno m’a conseillé de prendre des « Chia seeds » (graines de Chia) qui aident à maintenir le taux d’hygrométrie à l’intérieur du corps, si j’ai bien compris.

La sundance finie, j’ai remarqué que les autres et moi-même nous avions les yeux pleins de lumière. Je suis content que ce soit terminé. C’est une organisation quasi paramilitaire avec des horaires précis, des rangs ou nous étions affectés (j’étais dans la file n°3 entre Escargot et Claude) et des chefs de file. Les danseurs de Lame Deer étaient en bloc, à part T et M et nos danseuses. Dans notre file après quelques Indiens se trouvaient P, J, Bernhard, Andreas, Claude, moi, Escargot, R, José et quelques Indiens dont j’ai oublié les noms. L’un d’eux était très souriant et bienveillant (il m’a éventé plus d’une fois), je regrette de n’avoir pas fait avec lui plus ample connaissance. J’aimais bien aussi notre chef de file, un petit et jeune (trente ans ?) indien (c’est le fils du chef Thomas Lopez). 

 08.08.12

12h. À l’aéroport de Minneapolis, attendant mon avion. La première des deux fois ou je suis tombé le 4e jour de la sundance, (j’ai eu l’impression fugitive d’être comme le christ sur son chemin de croix, car je suis tombé en tout 3 fois, une fois le deuxième jour), c’est Quarter Camp qui m’a relevé. Il m’a dit : « Tu vas vouloir terminer cette danse du soleil sur tes deux pieds, fils.». J’ai apprécié ce “fils” de la part de Quarter Camp, indien Ponca et un des leaders historiques de l’AIM, pas très grand amateur de blancs.

Après la première danse

14.08.12 Sainte Marguerite de Pornichet

Aujourd’hui, j’ai fumé la pipe (bourrée chez Audrey et Richard au Minnesota) avec Olivia, S, A et P, près du Tumulus de Dissignac, le soir. C’était très tranquille. P a dit qu’il avait le sentiment que l’on avait bouclé le cycle commencé il y a plus d’un an lorsque j’ai décidé de me préparer à la danse du soleil.

Une heure auparavant, me baignant dans la mer, j’avais eu soudain le sentiment d’avoir fini par arriver en Bretagne. Avant j’étais encore dans le Jet-lag et une partie « physique » de moi était encore au Minnesota/Dakota.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.