Fermettier (oct-nov 21)

06/10/2021

Bonne nouvelle : les fils électriques passant sur la maison viennent d’être isolés ! J’étais absent, aujourd’hui, lorsque les employés d’ERDF sont venus. On ne comprends pas pourquoi ils n’ont pas isolés les quatre fils sur la totalité de la toiture (les fils au-dessus de la face nord de la deuxième toiture ont été laissé sans protection). Peu importe, on a pu appeler le couvreur pour qu’il commence à travailler sur le versant sud (il vient dès lundi, mais sera en vacances le jeudi suivant). 

09/10/2021

Un bucheron est passé. Il demande 1500 euros pour faire tomber et débiter les six peupliers (500 euros pour juste les faire tomber). Un autre bucheron vient mardi pour un autre devis.

11/10/2021

J’ai essayé de fabriquer un mirador pour notre terrain maritime, mais les vieilles poutres (de la grange) utilisées sont vraiment trop lourdes. Même en réduisant de moitié la hauteur (de 2,50 à 1,25 mètre), l’ensemble est trop lourd pour un transport en remorque. Après trois demi-journées d’intense bricolage, ai renoncé avec la satisfaction, tout de même, d’avoir essayé.    

23/10/2021

(Texte perdu)

Cet après-midi, tonte avec la petite tondeuse devant la maison, autour du parking, le long du chemin et autour de la boite aux lettres. En tondant le chemin, je me suis rendu compte que grâce à son panier, la tondeuse allait m’éviter de ratisser et ramasser les feuilles du chêne. Cette petite tondeuse est, par contre, très éprouvante à pousser. En suant comme un bœuf pendant ces deux dernières heures, j’ai repensé à la nécessité d’acheter une tondeuse autotractée Ai vu annonce de micro tondeuse à moitié prix (à 1700 euros) ou alors occasion (à 700 euros). Ce sont, parait-il, des prix d’hiver. A voir…

27/10/2021

Retour d’une visite chez un marchand de machines de jardinage. Le gars m’a appris qu’il fallait au minimum 17 cv pour tracter des petites remorques de bois. Le prix des machines neuves me paraît vraiment élevé. Leur tracteur exposé est trop gros pour tondre et pas assez pour entrainer un gyro broyeur d’accotement.

Soin aux ânes : ai essayé de faire de l’ostéopathie crânienne. Je n’avais jamais pensé a faire cela. Ils ont apprécié.

29/10/2021

J’ai été à la déchetterie hier. Il y avait une longue file d’attente. Le temps d’attente m’a fait cogiter sur mon lien au territoire. Je commence à connaitre par cœur les paysages. Je commence à me sentir chez moi. Avec la force du temps, je suis peut-être devenu gars du coin. Mais au-je été d’ailleurs ? Ai-je été d’un autre coin ? En passant devant la MFR de Verneil, je me suis dit lors de mon enfance à 200 kilomètres de là (à Chalo St Mars dans l’Essonne) j’avais été l’ami des neveux de l’ancien directeur de cette école.

 Ces tours à la déchetterie me donnent toujours ce sentiment agréable d’atterrir. J’identifie l’endroit comme un point clé capable de lier les résidus domestiques et l’entrée dans la chose publique. Aller la déchèterie me donne le sentiment d’être capable de faire de la politique. Le travail des employés est essentiel. Ce sont les premiers gardiens du terrestre. Celui de Verneil, tout à l’heure, m’a demandé de mettre un masque. Il a réprimandé une vieille dame qui s’apprêtait à jeter des produits pharmaceutiques dans la benne des non valorisables.

Au retour de le déchetterie, j’ai tondu la mélisse, mais n’ai pas pu faire de même pour le verger : l’axe de la roue avant gauche de la petite tondeuse s’est détaché. Je vais consulter Internet, pour voir sur si je peux commander des pièces.

29/10/2021

Je n’ai pas entrepris de travaux de fermettier depuis le retour des vacances. Je pourrais noter cela pour les années suivantes. Octobre est un mois creux où nous pourrions partir en vacances sans que cela ait de graves conséquences sur la tenue de la fermette.

N’ayant pas bien tenu ce journal de fermettier, durant ces dernières semaines, j’ai eu l’impression de ne pas tenir ma fermette. La réciproque est aussi vraie.

Je n’arrive pas à me décider pour l’achat d’un tracteur. Hier, j’ai remarqué que le terrain au niveau des noyers était trop bosselé pour une petite tondeuse. J’attends toujours que notre voisine fixe le prix de son tracteur. Elle doit contacter son neveu mécano pour qu’il répare l’alternateur.

Le couvreur revient la semaine prochaine. J’ai hâte de pouvoir vider la grange. Je voudrais la transformer en une herboristerie.

09/11/2021

J’ai aimé pouvoir sortir de mon bureau pour travailler dehors après dix jours intenses de travaux d’écriture. Je viens de créer une nouvelle zone de friche. Cela m’a pris à peine cinq minutes : j’ai planté une dizaine de piquets jaunes et tendu un fil de clôture électrique. C’est tout ! Ainsi délimitée, la friche existe déjà ! Je la vois déjà, je vois le bois qui va naitre ici dans quelques années. Je ne débrouille plus cet endroit depuis trois ans, je crois. De jeunes arbres commencent déjà à émerger au milieu des ronces. La clôture que je viens d’installer va empêcher les ânes de manger ces jeunes pousses cet hiver.

J’ai donné quelques vieilles petites pommes aux ânes. J’ai aussi agrandi leur espace de broutage en leur réouvrant le pré aux noyers.

Cela me permet de repousser la date où je commencerais à leur donner du foin.

 Le maréchal-ferrant vient vendredi matin.

10/11/2021

J’ai reçu des pièces pour la tondeuse. Elles viennent d’Allemagne. Le fournisseur a ajouté un petit paquet de bonbon que je donnerais aux enfants à Noël. La réparation fut rapide. J’ai commencé à tondre une partie du verger, mais c’est presque impossible avec cette petite tondeuse.

J’ai aussi commencé à couper les branches du peuplier tombé pendant le coup de vent du mois dernier (ai débuté un tas de branches et de rondins). Je me suis senti faible musculairement et moralement. J’ai dû me contraindre à ne pas lâcher trop rapidement ce travail que je trouvais fastidieux. Je me aussi suis forcé a m’arrêter avant d’être dans le rouge physiquement. Ne pas être dans l’excès, ni du côté du découragement, ni du côté du courage. Je voulais pouvoir être fier de ma séquence de fermettage, mais aussi pouvoir la continuer sans courbatture dès demain.

Au final, une très agréable matinée de travail dans le froid, le soleil, l’automne.

Je n’ai pas écrit dans ce journal que le chantier ERDF est terminé. Comme prévu, le branchement a été réalisé le jeudi 4 dernier. Miracle, le poteau situé devant la maison a été retiré dès le lendemain (ainsi qu’un autre vieux poteau couché bord de l’étang). Nous avons été agréablement surpris, car on nous avait prévenus que ce poteau serait retiré au printemps (par une entreprise tierce). Que s’est — il passé ? Nous avons souvent salué les employés lors de notre promenade quotidienne qui emprunte la zone où a eu lieu pendant un mois le chantier de réaménagement du réseau. Nous leur avons, aussi, permis de laisser, durant cette période, leur benne de matériaux sur notre terrain. Les employés nous ont peut-être trouvés « sympas ».

J’ai appelé Sylvain. Il est d’accord pour tirer avec son tracteur le câble lors de la coupe des peupliers. Mr Panda montera dans les arbres pour accrocher les câbles. Pierre, son ami bucheron a lui aussi l’air « sympa ». Je regrette ne pas lui avoir offert le café lors de sa venue matinale.

J’aimerais appeler des maçons pour avoir une idée du coût d’un bétonnage d’allée (ainsi qu’une terrasse devant la maison). Idem, éventuellement pour le parking. Ai fait une trouée plus grande dans le mur pour mieux cacher le câble de la fibre. Prévoir d’acheter de quoi « cimenter » les pierres.

Je viens d’appeler notre voisine à propos de son tracteur. Elle m’a promis de me donner une réponse avant la fin du mois. Elle tient vraiment à son tracteur, je crains qu’elle le vende cher. Elle m’a dit qu’elle préférait que le tracteur ne parte pas trop loin.

 Avoir se tracteur pourrait me permettre de me passer de Sylvain. Mais n’est-il pas préférable que je ne puisse pas me passer de mes voisins ?

14/11/2021

Passage de Sylvain ce matin. Je lui ai offert un café tiède (la verseuse de la cafetière est trop grande et ne touche pas le socle chauffant). Il ne peut pas venir samedi matin avec son tracteur de 80 chevaux,

Nous avons parlé du tracteur de la voisine. Il se souvient de l’époque ou le frère de cette voisine était venu dans la ferme de ses parents pour lui annoncer l’achat du tracteur. Un Renault. Ce fut un évènement dans la vallée. Sylvain me conseille de ne pas dépasser les 5 000 euros pour ce tracteur. Il pense qu’il sera vendu 6 ou 7 ooo euros.

Du coup, je repense à l’achat d’un petit tracteur tondeuse pouvant juste remorquer des remorques légères de bois. 

15/11/2021

Retour du couvreur cet après-midi.

24/11/2021

Enfin une vraie après-midi de fermettier. Ai coupe les arbustes le long de la maison ainsi qu’un massif et un seringat. Ai taillé le saule et le pêcher. Ces tailles vont simplifier le passage de la tondeuse l’année prochaine. Pour le seringat, je me suis dit que cela ne plairait pas aux oiseaux, et peut-être, pas non plus, aux enfants. J’ai hésité, car j’ai vu un oiseau se poser sur l’arbuste alors que je préparais la tronçonneuse. Ai fini par aller au bout de mon intention tant je n’aime pas ces arbustes en hiver sans feuilles avec leur bois mort couvert de lichen. Cela me donne l’impression d’un jardin de vieux. Couper cet arbuste m’a donné le sentiment de rajeunir le jardin et de le retrouver presque tel qu’il était lorsque nous avons acquis.

Encore cette douleur légère au niveau du thorax. La petite déchirure musculaire occasionnée, il y a deux semaines, alors que je fendais des billots de peuplier se soigne doucement. J’ai eu raison de suspendre cette activité. L’odeur du mélange de la tronçonneuse reste vraiment irritante. La nuit, me réveille à cause de cela. Je n’ai pas réussi à bien affuter la chaine de la tronçonneuse : quand vais-je donc apprendre à le faire ?

Satisfaction suite à cette reprise en main de cette fermette. Le fait qu’un artisan (couvreur) travaille, ici, me perturbe un peu. Je ne fais pas le fermettier de la même façon.

C’est ce samedi qu’est programmée la coupe des six peupliers. Il me faut m’assurer la présence de Sylvain. La fin du mois approche, je vais peut-être avoir des nouvelles du tracteur de notre voisine.

27/11/2021

Les six peupliers ont été couchés ce matin. Après coup, le bucheron m’a avoué qu’il en avait mal dormi durant la nuit. Il craignait, notamment, ne pas bien s’entendre avec le tireur de câble. Il nous a raconté avoir renoncé à un chantier parce que le conducteur du tracteur n’écoutait pas ses consignes. Sylvain, lui, a raconté qu’un câble s’était rompu alors qu’il tirait un arbre au bord de la route (en haut du moulin). C’était il y a plus de trente ans et il semblait encore marqué par cet incident. Ces récits d’incidents (ou de risques d’incidents) avaient leur utilité. Ils permirent ne nous mettre d’accord sur le fait qu’un accident peut survenir à n’importe quels moments. Aussi, avant d’abattre le dernier arbre, nous étions tous d’accord pour redoubler de vigilance.

Les arbres sont justes couchés. Il faut maintenant les ébrancher, les couper et fendre les billots. Je vais m’occupe de l’ébranchage. Sylvain m’a proposé de venir avec sa fendeuse. A voir…

J’ai commencé cet après-midi à tronçonner les branches d’un peuplier. J’ai mis un masque à cartouche pour moins m’intoxiquer. Ce soir, cela me semble avoir été efficace.

28/11/2021

Ai mal dormi tout à cause des gaz de la machine (malgré le masque cartouche).

De 16 h à 18 h, deux heures de ramassage de branche. À la nuit tombée, j’ai senti l’abattement et la tristesse des six arbres que j’avais fait couper la veille. Je me suis alors penché auprès de chaque arbre pour m’excuser et les réconforter. Hier et cet après-midi, je ne percevais pas cette tristesse. Il doit avoir une heure précise pour sentir ce genre d’information. Et c’est probablement Flore qui l’a senti en premier (elle m’a envoyé, hier, un SMS dans ce sens « je sens de l’abattement chez toi »).  

Je n’ai pas tronçonné aujourd’hui dimanche pour ne pas déranger les voisins. Je me dis qu’il me faudra une bonne journée de travail par arbre. Mis à part le moment du tronçonnage, le transport des branches est assez agréable. C’est un bon travail d’hiver.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.